header2

PostHeaderIcon Vient de Paraître - 2015

PostHeaderIcon Les secrets de la bouche de l'enfer - Emmanuel Thibault

secrets-bouche-enfer-thibault-1edc

Les secrets de la bouche de l'enfer

autour de la correspondance

entre Fernando Pessoa et Aleister Crowley 

Emmanuel Thibault

Editions Oeil du Sphinx

Prix: 23 euros


Comment Pessoa, homme réservé, voire introverti, a-t-il pu s'enticher d'Aleister Crowley, la « Bête » ? La prise de contact se fait avec des lettres de Pessoa faisant commande de livres à l'éditeur anglais. En quelques années Crowley a construit un personnage de mage, de thélémite tantrique, piochant chez les uns ou les autres ce qui pourra l'aider à établir son pouvoir sur des esprits fragiles lui soumettant leur corps afin qu'il décuple son potentiel...

La prise de langue se fait lorsque le Lisboète astrologue se prend à corriger la carte du ciel du maître de secte. La partie se lie lorsque ce dernier s'en vient avec sa proie féminine du moment rendre visite à l'homme timide incapable de s'associer à quelque groupe que ce soit, incapable non plus de nouer une quelconque relation sexuelle.

Le corps sans organe et la bête de sexe vont pourtant se retrouver complices lorsque Anu, surnom explicite de la demoiselle fascinée par Crowley, tente d'échapper à l'emprise de Priape. Feuillets de Pessoa, lettres de l'un à l'autre, coupures de journaux, rendent compte de la mise en scène de son suicide par Crowley, lorsque sa proie, sa « femme écarlate du moment » s'échappe de ses griffes. Le lieu choisi est la Bouche de l'enfer, non loin de Lisbonne. L'histoire est connue depuis longtemps mais l'un des intérêts de ce livre est de nous donner directement à lire les pièces du dossier et de procéder à partir de recherches plus récentes à une analyse du phénomène.

Emmanuel Thibault, qui est d'abord un conteur, analyse méticuleusement le cheminement ésotériste et gnostique de l'homme aux pseudonymes, du prophète sébastianiste et son profond intérêt pour les sociétés secrète (notamment les Rose-Croix). Il fait le point sur les travaux universitaires, les recherches et interprétations actuelles. Il a su s'entourer de Françoise Laye, traductrice primée du Livre de l'Intranquillité, de José Anès et de Geneviève Béduneau qui nous fait entrer dans la problématique astrologique liée à la rencontre comme à la tentative de Pessoa de faire de l'événement œuvre d'écriture.

Un livre qui devrait intéresser, au-delà du cercle des lecteurs de Pessoa, des francs-maçons soucieux non seulement de l'histoire maçonnique mais de ses environs.

Marie-Dominique Massoni





 

PostHeaderIcon L'oeuvre au rouge - Guy Piau

l-oeuvre-au-rouge-piau-1edc

L'oeuvre au rouge

Guy Piau

Editions PGDR

ISBN 2-36371-092-5

Prix: 26,90 euros


Avec «L'œuvre au rouge», Guy Piau, comme les alchimistes parachève son «grand œuvre» entamé avec «tradition alchimique et tradition maçonnique» et continué avec «Initiation maçonnique et symbolisme alchimique» ; ce dernier étant consacré à l'œuvre au noir et l'œuvre au blanc, il était logique que «l'œuvre au rouge» fut consacré aux grades du 19ième au 30ième degré.

Il faut se souvenir que l'alchimie et l'hermétisme qui puisent leurs sources dans le pythagorisme et néo-platonisme antiques, creuset du gnosticisme sont des courants de pensée qui ont du évoluer «souterrainement», interdits qu'ils étaient par le dogmatisme chrétien. Resurgis à la Renaissance, ils pourront enfin librement s'exprimer et s'épanouir dans les loges au 18ième siècle. C'est ainsi que les lumières et l'illuminisme s'uniront en loge et que la rituélie maçonnique en cours d'élaboration tout au long de ce siècle s'enrichira de ces éléments, alchimiques, hermétistes, gnostiques, pas seulement dans les «hauts-grades ; Soufre, sel et mercure ne sont-ils pas présents des le cabinet de réflexion ?

On ne fait pas assez attention, d'une façon générale, au fait que la rituélie maçonnique fait appel au symbolisme de l'alchimie tout au long du parcours initiatique ; symbolisme conçu par la franc-maçonnerie comme l'un de ses langages allégoriques, signifiant la nécessaire transmutation de soi.

Guy Piau, depuis longtemps, s'est attaché à expliciter les résonnances et les parrallèles existant entre la démarche de l'alchimie et celle de la franc-maçonnerie, plus particulièrement du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

La lecture de cette série ouvrira à tous les adeptes des portes d'interprétation du rituel qu'ils pourront donc «relire» autrement. Cette nouvelle lecture du rituel leur en montrera la cohérence, à la lumière de la symbolique alchimique et la richesse symbolique de la quête initiatique.

Sans forcer le trait, on peut dire que cette lecture leur donnera les clés d'une «conversion du regard», préalable à une transmutation de leur être.

Et c'est ainsi qu'Hiram est grand...

AJL






 

PostHeaderIcon Bioéthique Pistes prospectives - Collection Repères maçonniques

bioethique-pistes-prospect-1edc

Bioéthique

Pistes prospectives

Collection Repères maçonniques

Editions Les Presses Maçonniques

Prix: 12 euros

ISBN : 9782917075555


L'éthique ne repose pas sur des valeurs intangibles ; il importe de ne pas oublier, comme le souligne le biologiste Jacques Testard, qu'elle est soluble dans le temps, dans l'espace et la casuistique. Face au choix de l'action à entreprendre, la démarche éthique laisse donc place au doute et à l'incertitude ; comme la démarche initiatique, la démarche éthique nous humanise pas à pas, asymptotiquement à une vérité jamais définitive. Les rapports sont nombreux en ces domaines, émanant tant de l'Académie de médecine, du Comité consultatif national d'éthique, des Commissions spécifiques de l'Assemblée Nationale , du Sénat, que des institutions religieuses.

Dès lors, si la Commission de bioéthique de la Fédération Française de l'Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN interroge les progrès de la science qui permettent de reproduire, de modifier les lois biologiques dans des contextes qui dépassent parfois les lois naturelles, elle le fait à la lumière de nos principes et valeurs.






 

PostHeaderIcon La maîtrise maçonnique en question - Collection Repères Maçonniques

la-maitrise-maconnique-en-question-1edc

La maîtrise maçonnique en question

Collection Repères maçonniques

Editions Les Presses Maçonniques

Prix: 12 euros

ISBN 9782917075562

Cet ouvrage restitue de manière synthétique les réflexions et les démarches entreprises par de nombreux Frères et Soeurs de la Fédération française de l'Ordre Maçonnique Mixte International « LE DROIT HUMAIN ». A titre individuel, en groupes informels, en Loges, ou en séminaires thématiques constitués lors de rencontres nationales, ces Frères et Soeurs ont cherché à mieux cerner les contenus initiatiques du troisième degré symbolique du Rite Ecossais Ancien et Accepté, le grade de Maître.

Le travail que nous proposons n'est donc pas un livre de plus dans une bibliothèque riche en références de toutes sortes sur ce degré. Il veut, ce qui est beaucoup plus rare, mettre en partage et donner à voir la diversité des approches et des expériences de nombreux Frères et Soeurs, comme un prolongement et un moment d'une parole qui circule sans jamais se figer en dogme. Faire percevoir la richesse d'un travail maçonnique en actes et en cours. Montrer le résultat de ce qui s'opère dans le travail à couvert, objet de tant de fantasmes... Et faire que cette recherche se poursuive dans les réflexions qui seront les vôtres.

Le travail de mise en forme s'est borné à rassembler les éléments de réflexion pour assurer un confort de lecture. Si des différences, voire des oppositions apparaissent entre certaines approches, elles témoignent de leur vitalité et la respectent.

Ainsi va le travail maçonnique.






 

PostHeaderIcon Penser le progrès au XXIe siècle - Collection Repères maçonniques

penser-le-progres-1edc

Penser le progrès XXIe siècle

Collection Repères maçonniques

Editions Les Presses Maçonniques

Prix: 10 euros

ISBN 978-2-917075-52-4

La Fédération Française de l'Ordre Maçonnique Mixte et International LE DROIT HUMAIN se situe dans une dynamique conciliant tradition et modernité. La tradition qui véhicule une foi indéfectible en l'Homme, en ses capacités de progrès, nous réunit autour d'un idéal partagé, celui de bâtir un nouvel humanisme fondé sur une véritable éthique des relations humaines.

Notre but est de conduire chacun d'entre nous à mettre sa pensée, ses connaissances, son énergie au service de l'humanité pour travailler à son progrès, pour construire une société où règne l'égalité des genres et l'équité sociale.

Beaucoup de questions mais une certitude : les techniques, les sciences ouvrent et créent un vaste champ de possibles, elles ne dictent pas un choix, elles s'attachent au vrai, mais pas nécessairement au beau, au juste, à l'équitable. L'expertise est essentielle mais ne saurait être suffisante si la dimension éthique lui fait défaut.

La connaissance est une valeur et l'avenir dépend totalement de ce que nous en ferons.

Le choix libre et informé DOIT donc être celui du citoyen !





 

PostHeaderIcon Penser, un défi pour être libre - Drescher-Lenoir & Collectif GLFF

penser-etre-libre-glff-1edc

Penser, un défi pour être libre


Caroline Drescher-Lenoir & Collectif GLFF

Editions Les Presses Maçonniques

Prix: 12 euros

ISBN 978-2-917075-49-4

« Oser Penser » C'est autour de l'association de ces deux mots que Kant définissait comme la devise des Lumières que ce livre s'est construit. Que reste-t-il de cet esprit de progrès et de tolérance qui a traversé la civilisation européenne du XVIIIe siècle à l'heure où une nouvelle époque de violence et de barbarie vise à museler la pensée libre ?

Les sociétés contemporaines sont sous l'influence de multiples sollicitations médiatiques et d'insidieuses tutelles économiques qui ont changé la nature des peurs et des aliénations et qui génèrent de nouveaux défis pour la liberté des individus qui les composent.

Penser est plus que jamais de l'ordre de la nécessité, penser sans limites et autrement. La franc-maçonnerie se veut une voie de connaissance et de discernement, Les francs maçonnes guidées par les exemples des femmes qui depuis toujours ont lutté pour penser et exister par elles-mêmes osent un pas de coté, changent de perspective pour développer leur propre jugement. Elles témoignent ainsi de leur désir de prendre leur part en toute conscience dans la construction d'une société plus équitable.

Corinne Drescher-Lenoir qui a co-écrit et conçu ce livre collectif est aussi l'auteure de l'ouvrage « Du destin biologique à la liberté, les femmes et la santé » de la collection « Voix d'initiées ».






 

PostHeaderIcon Franc-maçonnerie : Régularité et reconnaissance - Roger Dachez

fm-regularite-reconnaissance

Franc-maçonnerie

Régularité et reconnaissance

Roger Dachez

Editions Conform

Prix: 10 euros

ISBN 978-2-917075-51-7

Cet ouvrage est né d'un vif agacement ; celui éprouvé par Roger Dachez face aux postures artificielles et aux faux-semblants qui ont émaillé le paysage maçonnique français (PMF), suite à ce qu'il sera convenu de nommer, dans les futurs ouvrages d'histoire, « l'Appel de Bâle » (juin 2012).

Ici ou là, pour s'y rallier comme pour le dénoncer, pour le défendre comme pour le pourfendre, les uns et les autres ont adopté des positionnements tactiques parfois difficiles à déchiffrer autant qu'à tenir. Certains ont délivré des discours d'une ambiguïté confondante ou fait appel, pour soutenir leur cause, à des « experts » maniant le double langage ou travestissant les faits, davantage en vertu de stratégies personnelles que pour éclairer honnêtement l'opinion maçonnique.

Roger Dachez s'applique, avec la rigueur d'historien qu'on lui connaît, à nous livrer une contribution honnête, mais naturellement susceptible de critiques, au difficile débat sur la régularité et la reconnaissance maçonniques.






 

PostHeaderIcon Imaginaire et psychanalyse des légendes maçonniques - Jean-Luc Maxence et Frédéric Vincent

imaginaire-psychanalyse-legendes-fm-maxence-vincent

Imaginaire et psychanalyse des légendes maçonniques

Jean-Luc Maxence et Frédéric Vincent

Editions Dervy

Prix: 20 euros

ISBN 979-1-02-420109-2

Hétérodoxes, psychanalystes post-jungiens et nonobstant francs-maçons, Jean-Luc Maxence et Frédéric Vincent, se sont emparés de quelques légendes maçonniques, au long des degrés maçonniques (essentiellement ceux du REAA) pour en dégager mythèmes et archétypes à la lumière de légendes venus du monde entier, d'avant-hier et d'aujourd'hui. Par le jeu des libres associations ils mettent au jour de nouvelles approches qui devraient susciter quelques disputations.

Hommes de l'écoute, du voyage en solitaire au fond des terres intérieurs ou dans un grain de sable du désert d'Atacama, l'un habite à proximité de Paul Valéry, l'autre de Tolkien. La voie d'une analyse comme celle du cheminement maçonnique n'est pas celle du concept mais celle de l'analogie. Certains lecteurs pourront leur reprocher d'avoir cédé à son démon... mais que ferait chacun sans son daimon ?

« Plus les rapports des deux réalités rapprochées seront lointains et justes, plus l'image sera forte, plus elle aura de puissance émotive et de réalité poétique », écrivait Paul Reverdy.

Certaines de leurs approches décoiffent, d'autres défrisent ou laissent pantois, toutes font le lien entre les différents lieux d'une vie humaine, du rêve aux exigences quotidiennes et du réel aux exigences intérieures que dévoile le rêve à qui veut bien le recevoir (celui de Cyrus par exemple).

Jamais dogmatique, la réflexion nous entraîne au pays des filles de Mnémosyne ou au désert avec Jésus. Si l'on peut s'étonner que nos psychanalystes n'aient pas eu vent de la semence hermésienne de l'Ein soph, qu'ils n'aient vu que l'aspect catastrophique de la 11e porte, on voit bien qu'ils sont porteurs d'un pollen nécessaire à la fructification, serait-elle dans le cyberespace... Et, réjouissons-nous de découvrir avec eux que la franc-maçonnerie vient aussi ensemencer la psychanalyse !






 

PostHeaderIcon Le Bouc émissaire ou la haine de l'autre - Horvilleur, Maffesoli, Levaï et Perrineau

le-bouc-emissaire-pollen-conform-1edc

Le Bouc émissaire

ou la haine de l'autre et l'élimination de sa différence

Delphine Horvilleur, Michel Maffesoli,
Ivan Levaï et Pascal Perrineau

Editions Conform

Prix: 10 euros

Les éditions Conform publient deux collections apportant dans des formats commodes des provisions pour la route: «Voix d'initiées» de la Grande Loge féminine de France et «Pollen maçonnique. Sur la question du bouc émissaire, ce livre rassemble les communications de quatre acteurs et chercheurs et les questions et réponses lors d'une réunion à l'initiative de plusieurs loges du GODF.

Delphine Horvilleur, rabbin, rappelle avec finesse ce qu'est le bouc émissaire dans le judaïsme. Au moment de Kippour, deux boucs étaient présentés au grand prêtre. Un tirage au sort déterminait celui qui allait avoir «l'honneur» d'être sacrifié, l'autre était envoyé au diable, jeté dans le désert. Elle rappelle aussi que le bouc, (tragodos: qui chante pendant l'immolation du bouc), présidant aux concours des tragédies grecques et offert au vainqueur donne son nom au genre. Le bouc émissaire grec, jeté hors la cité, permettait à la communauté de se resserrer en ayant expulsé celui qui emportait avec lui les maux dont elle pouvait se plaindre. Il était réduit lui aussi à la vie nue. Analysant les fondements bibliques elle souligne comment lors du sacrifice d'Isaac, la substitution animale va permettre la «phase de maturité de l'individu entrant dans une phase symbolique».

Michel Maffesoli laboure comme de coutume l'imaginaire social contemporain, sensible justement au retour de Dionysos.

Ivan Levaï, en professionnel des medias apporte l'expertise d'une analyse de la presse et de sa responsabilité éthique.

Pascal Perrineau montre avec finesse comment les causalités diaboliques se substituent à des causalités rationnelles, hier comme aujourd'hui. Indépendamment des options politiques des uns et des autres, les positions des partisans des sociétés ouvertes et de ceux des sociétés fermées peinent à montrer les enjeux de la mutation qui est en train de s'opérer. Une passionnante lecture d'affiches de partis européens d'extrême-droite nous montre quels boucs émissaires sont proposés à la vindicte des lésés. L'analyse pourrait être étendue.

Si Ivan Levaï ironisait en qualifiant ce qui est désigné comme fauteurs de maux de «petits cabris indociles», ces interventions posent au franc-maçon d'utile questions quant à ses choix d'implication dans la société en mutation et comment en cette année endeuillée par un fou hurlant «J'ai tué Charlie» et d'autres fanatiques de la même espèce, on peut pratiquer l'écart nécessaire à pensée sans rester collé au seul tragique. Juste le juste est le titre des grains de pollen du Grand Chapitre féminin... Se trace simplement ici, comme avec «Voix d'initiées», le paysage des enjeux du cheminement de l'initié en ce monde...





 

PostHeaderIcon Maria pognon, une frondeuse à la tribune - Dominique Segalen

maria-pognon-frondeuse-segalen

Maria Pognon,

une frondeuse à la tribune

Dominique Segalen

Editions Detras-aVs

Prix: 17 euros

ISBN : 978-2-916094-62-5

Après Marie Béquet de Vienne, Dominique Segalen poursuit par la relation de la vie d'une des féministes les plus célèbres de la fin du XIXe siècle. Les femmes alors ne votent pas, elles n'ont pas de droits civiques mais sont aussi privés de la plupart des droits civils. Elles travaillent mais ne sont pas représentées aux prudhommes par exemple. Seul l'homme a l'autorité parentale dans un couple et il n'est pas possible à une mère célibataire d'obliger un père à reconnaître son enfant, comme il ne lui est pas possible de choisir d'avoir ou non un enfant. Les femmes engagés dans les luttes syndicales ou politiques s'en prennent aux « féministes bourgeoises » voyant dans le socialisme ce qui leur permettra d'être les égales des hommes alors que les responsables de leurs organisations n'échappent pas aux mentalités du temps. Des chroniques des journaux donnent une idée des mentalités d'alors et des débats dans les assemblées de femmes. Nous y découvrons une femme élégante et ferme dans ses propos, à l'écoute des avis divergents mais qui ne lâche rien quant à ses propres idées qu'elle défend avec brio.

Du journal La Fronde, auquel elle participe et qui est dirigé par Marguerite Durand, aux congrès féministes, Dominique Segalen nous fait plonger dans les luttes de celles à qui nous devons tant, nous y découvrons leurs soutiens, leurs adversaires et la finesse de Maria Pognon face à ceux-ci. Elle est fustigée aussi bien pour son élégance que pour sa profession. Ne tient-elle pas une pension proche des Champs-Élysées ? Il se murmure que les demoiselles qui y résident... Et quelle idée abominable de faire un journal où ne sont employées que des femmes, hormis l'homme de ménage !

Nous y retrouvons les « hommes féministes », Viviani par exemple, et leur indispensable soutien pour légiférer mais aussi les discussions sur la nécessaire distance à prendre avec eux si les femmes veulent décider d'elles-mêmes de ce qui est urgent pour elles et de l'organisation de leur vie.

Maria Pognon fut l'une des fondatrices du Droit Humain fut aussi pacifiste. Elle ne compta ni son temps ni son argent pour faire entendre ses analyses et propositions ainsi que celles de ses amies (et parfois Sœurs) féministes. Ruinée, elle s'exila en Nouvelle Calédonie auprès de son fils, accompagnée de sa fille, fidèle soutien et continuatrice de sa lutte pour l'émancipation des femmes.Elle acheva son parcours en Australie, sans cesser jamais de lutter pour sa cause. Sa fille continua à lutter pour les droits des femmes en Australie.






 

PostHeaderIcon Les ordres de sagesse du rite français - Révauger et Marcos

ordres-sagesse-rite-francais-revauger-marcos-1edc

Les ordres de sagesse du rite français

Au coeur de la franc-maçonnerie libérale, 

des lumières au XXIe siècle

Ludovic Marcos & Cécile Révauger

Editions Dervy

Prix: 23 euros

Voilà bien un livre salutaire! Le rite le plus ancien pratiqué par le plus grand nombre en loge bleue dans la plus ancienne obédience, le GODF, avait disparu du paysage dans les hauts-grades, alors même que c'est au sein de cette obédience qu'en 1786, Roettiers de Montaleau avait mis de l'ordre dans la floraison des hauts-grades. Mise «à l'ordre» des grades connus à l'époque, aboutissant à une graduation cohérente et pertinente en quatre ordres de sagesse, réservant un cinquième aux grades connus, inconnus et à venir... Les événements révolutionnaires aidant, ce système n'eut pas le temps de se mettre vraiment en place. Devenu Rite Français, il dut faire face à la concurrence d'un Rite Écossais Ancien et Accepté conquérant, et finalement gagnant. C'est ainsi qu'après quelques décennies, le Rite Français disparut. Plus grave, pendant près de cent-cinquante ans, des Maîtres du GODF, formés en loge bleue au rite Français, s'ils souhaitaient poursuivre leur parcours initiatique, devaient le faire dans le système du REAA.

Mais le phénix n'est pas qu'un symbole «écossais». La providence ne suffisant pas, Il faudra la forte conviction de quelques dizaines de frères, créant des chapitres «sauvages», des détours par la Hollande, la GLTSO, la GLNF où les hauts-grades de rite français existent, la création de la LNF et de l'infatigable René Guilly, pour que les Ordres de Sagesse reviennent là où ils étaient nés, au GODF, comme quoi il n'y a pas que les voies du GADLU qui sont impénétrables.

C'est ainsi, sans vengeance, que le phénix du Rite Français renaît de ses cendres. Cécile Révauger et Ludovic Marcos nous racontent cette renaissance en s'appuyant sur de nombreux documents et le témoignage de nombre des acteurs de cette refondation. Ouvrage d'histoire contemporaine, histoire d'une aventure humaine de frères voulant vivre enfin, au XXIe siècle, une démarche initiatique, conforme à l'esprit «laïque» acquis dans les grades des loges bleues, tout en la «sourçant» à une symbolique traditionnelle authentique. Parmi ceux-ci, Philippe Guglielmi, qui vient d'être élu TSPGV du Grand Chapitre Général du Rite Français, y a œuvré, alors qu'il était Grand-Maître du GODF, Jean-Pierre Catala qui vient de descendre de sa charge de TSPGV, a achevé cette refondation en «voulant» ce livre, aussi et quelques autres.

On connait l'historienne Cécile Révauger, spécialiste, comme feu le frère Charles Porset, du XVIIIe siècle, avec qui elle a dirigé le monumental Le Monde maçonnique des Lumières, dictionnaire biographique. On connait aussi Ludovic Marcos, l'inlassable chercheur, mettant son savoir de l'histoire du Rite Français au service de sa refondation, auteur, entre autres, de L'Histoire illustrée du rite Français. Ce sont eux, qui, à la demande de Jean-Pierre Catala, ont écrit cet ouvrage.

Ils l'ont fait, avec la rigueur des historiens qu'ils sont, rigueur dont personne de bonne foi ne saurait douter, c'est-à-dire sans céder à quelque tentative de propagande obédientielle ; mais ils l'ont aussi fait en donnant la parole à nombre des acteurs de cette refondation, qui en apportant leur témoignage, donnent à cet ouvrage toute sa chaleur «humaine».

Livre d'histoire donc, mais aussi fantastique roman d'une belle aventure humaine. Qui a écrit que la réalité est plus belle que la fiction ? Oui, «cette belle histoire du Rite Français» comme l'écrit Jean-Pierre Catala ne pouvait qu'être écrite par ces deux auteurs-là.

Tous les francs-maçons ( et maçonnes) de France, quelle que soit leur obédience, curieux de l'authentique histoire devrait lire cet ouvrage, car il en raconte l'une des pages les plus importantes.

Oui, l'histoire continue... et elle est belle : une de ses dernières pages a été écrire cette année même puisque le Grand Chapitre Général du RF du GODF et le Grand Chapitre Français, Sublime Conseil du Rite Moderne de la GLNF, ont signé un traité d'amitié il y a quelques mois.

 Et c'est ainsi qu'Hiram est grand...

AJL






 

PostHeaderIcon Symbolique des Grades Philosophiques - Irène Mainguy

symbo-grades-philos-mainguy-1edc

Symbolique des Grades Philosophiques

Rite Ecossais ancien et accepté

Irène Mainguy

Editions Dervy

Prix: 25 euros

Voilà le point d'achèvement d'une œuvre de longue Haleine entamée par Irène Mainguy, visant à donner, de manière exhaustive, les éléments de la symbolique maçonnique du grade d'apprenti jusqu'au grade sommital des rites. Ici, les grades dits philosophiques du REAA.

Ces ouvrages sont devenus des «classiques», d'une part en raison de leur quasi exhaustivité, d'autre parce que Irène Minguy s'appuie sur des documents, rituels et sources irréfutables. Enfin, et ce n'est pas son moindre mérite, elle écrit toujours ses ouvrages, non seulement sans aucun dogmatisme, mais plus encore en proposant des pistes de réflexion diverses et riches, permettant au lecteur d'élaborer sa propre interprétation.

Ainsi donc, dans cet ouvrage qui va su Pontife du 19iè degré au Chevalier Kadosch, c'est essentiellement de Chevalerie qu'il est question. Du chevalier pèlerin au chevalier philosophe, ce n'est pas d'une errance donquichottesque qu'il s'agit mais de la quête de sagesse d'un chevalier, guidé par la raison et l'intelligence du cœur.

On pourrait envisager que ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains et ne concerne que les SS et FF qui connaissent, au moins la devise INRI. Il n'en est rien. Tout au contraire, recommandons-en la lecture, aux adeptes d'un autre rite, pour qu'ils découvrent la richesse de la symbolique du REAA, mais recommandons-le surtout, à toutes celles et ceux, au-delà de la maîtrise, cherchent une voie d'approfondissement.

La richesse de la symbolique du REAA,magistralement expliquée et commentée par Irène Mainguy, est telle que tout humain, épris d'esprit «chevaleresque», ne peut qu'avoir envie de suivre Irène Mainguy dans les nombreux voyages qu'elle proposent, dont le premier est celui de sa lecture. Ces divers voyages, qu'ils choisissent ou pas d'en suivre initiatiquement le chemin, leur ouvrent, en tout cas les portes d'une des contrées de l'ésotérisme occidental et de son imaginaire dont le REAA est l'un des plus beaux exemples.

Et c'est ainsi qu'Hiram est grand...

AJL






 

PostHeaderIcon La parole perdue - Sophie Perenne

parole-perdue-perenne

La parole perdue

Sophie Perenne

MdV editeur

Prix: 10,20 euros

EAN : 978 2 355991714

Pour nous guider sur la piste de la problématique de la parole perdue, Sophie Perenne procède avec méthode. Langage articulé, parole, pensée: que des paroles soient énoncées ou tues nous ne pensons pas sans mots. Oralité et écriture, sacralisation, image nous mènent vers le paradis perdu et l'exil qui est l'entrée dans le temps. Celui qui connaît les mots peut opérer des miracles car la parole a un pouvoir magique et spirituel.

«Rien de plus fécond que le détour par d'autres traditions initiatiques». Ce petit livre tout en finesse et intelligence ouvre à des questionnements multiples et suscite le désir de chercher. Popol-Vuh, mythes dogons ou Apocalypse, sont convoqués pour réfléchir à la parole qui crée et à celle qui tue. Viennent ensuite mais toujours selon la même démarche des thématiques classiques pour un franc-maçon : l'interdit du nom de Dieu, approches de la connaissance du nom et des attributs du divin, réflexion sur l'Un, la dissociation, la quête et la découverte de la langue des oiseaux, chapitre majeur de ce beau livre.






 

PostHeaderIcon Cent ans de spiritualité maçonnique - histoire de la GLNF

cent-ans-spiritualite-maconnique-1edc

Cent ans de spiritualité maçonnique

Histoire de la Grande Loge Nationale Française

Editions Dervy

Prix: 39 euros


«Un ouvrage de référence sur la maçonnerie d'aujourd 'hui» annoncent la GLNF et l'éditeur. Ce ne pourrait être que publicité mais cela correspond à la réalité. Depuis sa création, il y a un siècle, la GLNF a produit peu d'ouvrages «institutionnels». En rééditant l'ouvrage qu'elle avait produit en interne en 2013 et en le mettant à la disposition du grand public, la GLNF crée un événement en soi, qui montre sa volonté de s'ouvrir largement et de se faire mieux connaître.

Mais c'est aussi un événement parce que c'est un pan très important de l'histoire de la franc-maçonnerie en France qui est ainsi dévoilé à un large public. De sa création, en 1913, par quelques frères n'adhérant à l'évolution matérialiste, scientiste, positiviste du GODF dont ils étaient membres aux derniers soubresauts récents de son histoire, la GLNF dit tout. Et cette «honnêteté intellectuelle» est l'un des grands mérites de cet ouvrage.

Livre rigoureux d'histoire d'abord mais livre qui permet aussi de mieux connaître les rites pratiqués à la GLNF (du RER au Rite Standard d'Écosse en passant par le Rite Français dans sa version «spiritualiste» originelle, le REAA, sans oublier ces rites anglais et américains que sont le Rite d'York et Emulation).

Puisque «landmarks» et «croyance en Dieu» sont l'un des points de partage entre les obédiences dites «régulières» et les autres, ce livre est aussi l'occasion de clarifier les positions de chacun. La GLNF y réaffirme, dans la clarté, ses positions. Et s'ouvrent alors, les pages consacrées à la quête spirituelle telle qu'elle est envisagée à la GLNF et quelles que soient les opinions des uns et des autres, nul ne pourra reprocher à la GLNF de ne pas être cohérente.

Mais cet ouvrage est aussi un magnifique livre d'art, d'une grande richesse iconographique, richesse due aux très belles collections de son musée qui détient quelques «trésors».

Et puisque l'histoire déjà vieille de cent ans n'est pas terminée, l'ouvrage s'achève par une causerie entre trois initiés. Et non des moindres puisqu'il s'agit de Jean-François Variot, le Grand Orateur de la GLNF, le philosophe Michel Maffesoli et celui qui se présente «humblement» comme le Vénérable de la Loge Nationale de Recherche, c'est-à-dire Bruno Pinchard, dont on doit aussi souligner qu'il est un philosophe reconnu et un des grands connaisseurs français de l'ésotérisme de Rabelais.

Vous l'avez compris : tout franc-maçon «conséquent», à l'esprit libre et ouvert, se doit d'avoir dans sa bibliothèque cet ouvrage magistral ; c'est bien connu : il y a plusieurs demeures dans la maison du Père...

Comme l'écrit Bruno Pinchard dans la dernière page de l'ouvrage : La Maçonnerie n'est pas finie, elle commence....

Et c'est ainsi qu'Hiram est grand...

AJL






 

PostHeaderIcon Dialogue(s) sur la république, le néolibéralisme, la parole politique - Philippe Martinetti

dialogues-republique-arnaud-massiah-kermer

Dialogues sur la république,

le néolibéralisme, la parole politique

Philippe Martinetti

Colonna éditions

Prix: 12 euros

ISBN : 978-2-36984-018-3


Journaliste, Philippe Martinetti vit et travaille en Corse, à la télévision notamment, où il anime une émission culturelle. Ces conversations écrites nous rappellent la rubrique tenue par Jean Moreau : même exigence, même sens critique, elles sont utiles à tout démocrate, a fortiori à tout franc-maçon. Le philosophe Daniel Arnaud, analyse le modèle républicain français au regard de son histoire, différenciant démocratie et république. Réflexion fondamentale quand se multiplient actes racistes et antisémites. La banalisation du mal est à nos portes quand l'instrumentalisation par une quelconque foi fait des laissés pour compte des assassins de masse. Histoire et philosophie servent de support à la réflexion sur le double héritage social et humaniste du modèle français.

Gustave Massiah, un économiste altermondialiste, nous saisit de l'urgence face à la «financiarisation de la nature» et rend compte compte des foyers de résistance face à la machine à profits du néolibéralisme. Il dresse un état des lieux mondial des forces en présence. Résister c'est encore et toujours inventer, créer.

A nouveaux temps, nouvelles modalités de langage. Auteur de Les Ressorts du symbolique, Angèle Kremer-Marietti, approche les modifications en cours et les modifications des «règles du Je». L'écriture a permis un saut et de rapidité et de conservation. Internet permet un accès rapide à des archives et réflexions essentielles à tout chercheur. Les e-books sont très commodes mais ne remplacent pas la lecture sur support papier. Le risque en revanche est celui du pillage intellectuel, une quantité de gens se servent sans donner leurs sources. La propriété intellectuelle est en danger ! La réactivité rapide laisse le champ libre à l'émotionnel (et à sa peste) ainsi qu'à une rhétorique outrecuidante jouant sur le fait que peu savent effectuer l'écart nécessaire à l'analyse et à la mémoire. Le résultat est un «hold-up sur l'imagination des humains». En conclusion de ces salutaires échanges Philippe Martinetti en appelle à l'éveil de chacun et au développement de ses forces de résistance et d'invention.






 

PostHeaderIcon L'Utopie maçonnique - Céline Bryon-Portet et Daniel Keller

utopie-maconnique-bryon-keller-1edc

L'Utopie maçonnique

Améliorer l'homme et la société

Céline Bryon-Portet & Daniel Keller

Editions Dervy

Prix: 22 euros

ISBN 979-10-242-0098-9

Ouvrage majeur, sortant des clichés dont sont friands les maçons dès qu'ils parlent d'utopie, le livre propose une étude dense des notions d'utopie, d'uchronie, d'hétérotopie, les situant aussi bien dans leurs productions littéraires, philosophiques que dans leurs expérimentations. Essai au sens où l'entendait Montaigne l'Utopie maçonnique est de l'ordre de l'expérimentation à l'aune de la réflexion et d'un solide appareil conceptuel.

De la pierre et de l'imagination active : prenant pour terrain d'analyse la franc-maçonnerie, les auteurs s'emploient avec profondeur et brio à montrer comment les rituels et la méthode maçonnique, comment chaque moment dans le « huis clos du temple » relèvent du projet utopique : non lieu, non temps, emboitement des temples les uns dans les autres, etc.

Tout est mouvement. Relier l'individu à lui même et lui faire percevoir que c'est «par sa conscience éclairée que l'homme est relié à l'univers» contribue à l'instauration d'une fraternité appuyée sur la connaissance intérieure. La réflexion sur le symbole en tant qu'opérateur des modifications de conscience et sur le symbole comme archétype conduisent le maçon à devenir l'artisan de la création de son temple, le créateur de sa propre vie.

La seconde partie de l'ouvrage est consacrée aux valeurs de fraternité et aux allées et venues «de la cité céleste à la cité terrestre» prend la mesure des difficultés à transformer le monde comme à améliorer chacun. Humanisme de combat ou Principe espérance actif? Ainsi que le titre le dernier chapitre «Une utopie de construction guidée par une espérance active», nous ne pouvons qu'espérer que cette belle utopie soit le moins souvent possible une chimère, dévoyée non seulement par la rude vie en société mais aussi par les responsables maçonniques eux-mêmes? Mais l'espérance, si bien mise en valeur dans certains rituels, ne sait-elle pas résister, têtue, même au plus noir de la nuit?






 

PostHeaderIcon Le trésor caché - Lettre ouverte aux francs-maçons - Michel Maffesoli

tresor-cache-maffesoli-1edc

Le trésor caché

Lettre ouverte aux francs-maçons et à quelques autres

Michel Maffesoli

Editions Léo Scheer

Prix: 19 euros


Depuis le début du 21ième siècle, plusieurs auteurs, et non des moindres, s'interrogent sur le devenir de la Franc-maçonnerie. Le Professeur Bruno Etienne, inaugurait cette salve, en 2000, avec le toujours d'actualité «Une voie pour l'occident, la franc-maçonnerie à venir». Dans ce livre foisonnant et tonitruant, il fustigeait les appareils obédientiels et en appelait à un retour à la «tradition». Puis, ce fut, de diverses manières, Alain Bauer, Michel Barat, Roger Dachez, constatant «Le crépuscule des frères» et appelant aux «Promesses de l'aube». Et voici cette «lettre ouverte aux francs-maçons et quelques autres» du philosophe et sociologue Michel Maffesoli, dont on sait qu'il analyse depuis des décennies la lente agonie d'une «modernité» qui s'est perdue, au lieu d'être rationnelle, dans les croyances «rationalistes» et «progressistes», tout en se raccrochant à quelques «ismes» théoriques, annonçant l'avènement d'une postmodernité vibrionnante, vivante, société collaborative, solidaire (clin d'œil au solidarisme de Léon Bourgeois ?) et empathique.

Au «progressisme», il oppose la progressivité de la démarche initiatique maçonnique. A la vision d'un progrès linéaire, il préfère le thème de la spirale. A la fraternité théorique, qu'elle soit maçonnique ou républicaine, il préfère l'afrèrement. Bref, il en appelle à un retour aux fondements, aux fondamentaux, aux fondations et donc à la tradition de la franc-maçonnerie «éternelle», étant entendu que pour lui, comme pour Jaurès, «être fidèle à la tradition, c'est être fidèle à la flamme, non à la cendre».

Montrant en quoi la franc-maçonnerie du 18ième siècle, entre esprit des Lumières et référence à la Lumière, a pu être en phase avec «l'air de son temps», il laisse entendre qu'elle s'est peut-être depuis, dans la modernité, et en France, perdue de vue, entre d'un coté la défense dogmatique des valeurs républicaines, de l'autre une spiritualité quasi dogmatique, ce qui est un comble pour une «institution», d'essence libertaire, où l'on est censé apprendre à penser et à dire librement, et non pas à être des «libres-penseurs», dont il rappelle, avec malice, que Nietzsche en disait qu'ils n'étaient «ni libres, ni penseurs».

L'objectif de cet ouvrage est clair et précis : montrer l'extraordinaire actualité de la franc-maçonnerie «de tradition», en ce sens que le secret permet le partage de l'intimité et la cohésion du groupe (la loge serait un clan appartenant à une tribu...), le rituel nous rattache au passé et manifeste l'union, le penser libre invite et incite à refuser le dogmatisme et le conformisme de la «bien –pensance», quelle qu'elle soit.

Le voilà bien «le trésor caché» que les francs-maçons doivent retrouver et exposer, trésor que sont les rites, les mythes, la symbolique et la pratique d'une parole libre circulant librement dans un enracinement dynamique et une fraternité vécue au lieu d'être proclamée de façon incantatoire. Le Frère Bruno Etienne disait de la franc-maçonnerie qu'elle était une vieille ânesse qui ignorait qu'elle portait des reliques inestimables. A sa manière moins tonitruante, mais avec une aussi grande acuité et dans un style plus concis, Michel Maffesoli, nous dit que non seulement ces reliques sont un trésor, non pas à idolâtrer, mais que ce trésor est un trésor d'espérance...

Le paradoxe de la franc-maçonnerie à l'aube du 21ième siècle est là : un désir de réenchantement du monde, un désir de spiritualité a-dogmatique, un désir d'espérance émergent et suintent de toutes les couches de la société, émergences de courants de pensée et de styles de vie qu'analysent depuis de nombreuses années les sociologues, philosophes et anthropologues conséquents ; tous désirs que la franc-maçonnerie a de quoi assouvir si elle veut bien, elle-même, puiser dans son «trésor caché» sous les scories de combats sociétaux ou dogmatiques qui ne sont, finalement, pas les siens.

Dans un oxymore tel qu'il les affectionne, Michel Maffesoli, parle d'une «fraternité de combat». C'est bien à un combat que Michel Maffesoli nous invite, celui d'un humanisme intégral, aux antipodes d'un humanisme théorique d'autant plus proclamé que le fait de le proclamer exonère d'avoir à le vivre.

Je connais des milieux maçonniques où Michel Maffesoli est considéré comme un «réactionnaire». Cela doit, d'ailleurs, l'amuser. Il l'est certainement, au sens premier de ce mot, dans la mesure où son ouvrage invite à nous réveiller et à réagir contre certaines «dérives» des appareils obédientiels. Plus précisément, disons qu'il est un «hérétique», quelqu'un qui pense par lui-même et nous invite à faire de même.

Aux premiers, je dis : lisez-le d'abord, vous en discuterez après. Quant aux autres, Sœurs et Frères de toutes sensibilités et de toutes obédiences, considérez cet ouvrage comme le viatique indispensable pour vous accompagner dans votre voyage.

Et c'est ainsi qu'Hiram est grand...

AJL






 

PostHeaderIcon Humanisme mode d'emploi ? - Jean Moreau

humanisme-mode-emploi-moreau-1edc

Humanisme mode d'emploi ?



Jean Moreau

Editions Detrad

Prix: 19 euros


Cet ouvrage est un bain de fraîcheur vive où la forme du propos épouse le fond. Cela pourrait être un xième livre «théorique» où l'humanisme serait ramené à un concept philosophique desséché, devenu stérile à force de n'avoir été ni pensé, ni ressenti ; un humanisme, de forme incantatoire, que l'on invoque d'autant plus que cela évite d'avoir à le vivre.

Pour ceux qui ont le privilège de connaître Jean Moreau, incarnation même de ce que l'humanisme maçonnique peut produire de meilleur, ils se doutent bien que l'humanisme qu'évoque Jean Moreau n'est pas qu'une «catégorie» du rayon philosophie ; le sien est bariolé, métissé, vivant. Il vibre des multiples couleurs de son expérience d'homme, pédagogue pour ne pas dire «hussard noir de la République», engagé dans le monde aux cotés de toutes celles et ceux qui souffrent et sont discriminés. Son humanisme est le fruit d'une expérience générant une réflexion transformatrice de soi ; Jean Moreau n'est pas un docte intellectuel parvenu, il est un homme humble qui pense et qui agit.

Il faut attendre les toutes dernières pages de son ouvrage pour qu'il nous révèle le but de celui-ci, au cas où le lecteur ne l'aurait pas compris avant. Il écrit : «Les bons maçons sont peut-être toujours des autodidactes, qu'ils soient diplômés ou non.

Dans le premier cas, ils ne considèrent pas la «peau d'âne» obtenue comme un passeport pour la vie qui leur donnerait le droit de pérorer et de dominer autrui.

Les seconds, amants passionnés de la culture de soi-même (selon l'expression du Frère et syndicaliste Fernand Pelloutier), ont acquis cette curiosité du savoir indispensable pour apprendre à penser, à aimer, à agir.

Les bons Maçons sont des «partageux» et ils aiment leurs semblables.

Ce gai savoir et ce plaisir de vivre jubilatoires (c'est moi qui souligne) sont à la portée de tout un chacun à condition de ne pas seulement écouter, mais entendre, de ne pas seulement voir, mais observer, d'apprécier les bonheurs du voyage.... La fraternité est une conquête et une jouissance».

Voilà le message de cet ouvrage : l'accès au «gai savoir», vanté en leur temps par Rabelais et Nietzsche est le moyen d'accéder à la «joie d'être» car, comme Eluard, Jean Moreau pense qu' «il ne faut pas de tout pour faire un monde mais du bonheur, et rien d'autre». Oui, Jean Moreau pense qu'apprendre pour comprendre est «le» moyen pour accéder à la joie d'être, cet état de soi qui permet de «jouir» de la vie.

Et l'on comprend, alors, pourquoi son ouvrage comporte autant de citations ; ce n'est, certes pas, tant l'humilité de l'auteur est évidente, pour montrer combien son érudition est grande, mais plus sûrement, pour nous indiquer les balises qui ont marqué son itinéraire de réflexion et de vie ; pour nous inviter, sans que ce soit une injonction autoritaire, à faire, à ses cotés, ce même chemin d'apprentissage des savoirs qui mène à la joie d'être, si chère à Spinoza et à son disciple contemporain Robert Misrahi.

La plume de Jean Moreau est souvent «facétieuse» car Jean Moreau est sérieux et ne se prend pas au sérieux. Son ouvrage est un brasier d'étincelles capables d'allumer un feu d'humanisme rayonnant.

Les francs-maçons ne lisent pas plus que le public profane et il parait de nombreux livres «maçonniques». Ce mode d'emploi de l'humanisme doit devenir l'un des livres de chevet de tout franc-maçon «conséquent».

Et c'est ainsi qu'Hiram est grand...

AJL